Histoire de l’ancien vétérinaire amoureux d’une marseillaise moustachue, 85

Le Russe s’appelait en fait Abel Speiss. C’était un Alsacien sentimental, ancien vétérinaire aux armées, qui occupait ses loisirs en répondant à tous les petits concours publiés dans les journaux. Il résolvait avec une facilité déconcertante les devinettes :

Trois Russes ont un frère. Ce frère meurt sans laisser de frères. Comment est-ce possible ?

les colles historiques

Qui était l’ami de John Leland ?

Qui fut menacé par une action de chemin de fer ?

Qui était Sheraton ?

Qui rasa la barbe du vieillard ?

les « d’un mot à l’autre »

VIN        HOMME        POÈME

VAN       GOMME        POÈTE

VAU        GEMME        PRÊTE

EAU        FEMME       PROTE

          PROSE

les problèmes mathématiques

Prudence a 24 ans. Elle a deux fois l’âge que son mari avait quand elle avait l’âge que son mari a. Quel âge a son mari ?

Écrivez le chiffre 120 en vous servant de quatre « 8 »

les anagrammes

MARIE = AIMER

SPARTE = TRÉPAS

NICOMÈDE = COMÉDIEN

les problèmes de logique

Qu’est-ce qui vient après U D T Q C S S H ?

Quel est l’intrus dans l’énumération suivante : français, court, polysyllabique, écrit, visible, imprimé, masculin, mot, singulier, américain, intrus ?

les mots carrés, croisés, triangulaires, à rallonges (a, ai, mai, mari, marin, marine, martine, martinet), à tiroirs, etc., et même les « questions subsidiaires », ces terreurs de tous les amateurs.

Sa grande spécialité était les cryptogrammes. Mais s’il avait triomphalement remporté le Grand Concours National doté de TROIS MILLE FRANCS de prix, organisé par le Réveil de Vienne et Romans, en découvrant que le message

aeeeil        ihnalz        ruiopn                                                             toeedt        zaemen      eeuart                                                          odxhnp      trvree        noupvg                                                           eedgnc       estlev        artuee                                                           arnuro       ennios      ouitse                                                               spesdr        erssur       mtqssl

 

dissimulait le premier couplet de La Marseillaise, il n’avait jamais pu déchiffrer l’énigme posée par la revue le Chien français

t’cea uc tsel rs                                                                            n neo rt aluot                                                                             ia ouna s ilel-                                                                            -rc oal ei ntoi

et sa seule consolation était qu’aucun autre concurrent n’y était arrivé et que la revue avait dû se résoudre à ne pas décerner de premier prix.

En dehors des rébus et des logogriphes, le Russe vivait une autre passion : il était amoureux à la folie de Madame Hardy, la femme du négociant marseillais en huile d’olive, une matrone au doux visage dont la lèvre supérieure s’ornait d’une ombre de moustache. Il cherchait conseil auprès de tous les gens de l’immeuble, mais en dépit des encouragements que tous lui prodiguèrent, il n’osa jamais — comme il le disait lui-même — « déclarer sa flamme ».

(Extrait CH.LXXXV, Berger, 2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.